Le groupe Canal + joue le rapport de force avec les créateurs. Un conflit qui passe mal en plein Festival de Cannes. Jusqu'à maintenant, la filiale de Vivendi payait annuellement plus de 100 millions d'euros pour rémunérer les artistes afin d'utiliser leur travail à l'écran. Compositions musicales, images, documentaires, arts graphiques et plastiques... pour avoir le droit de se servir de l'ensemble de ces oeuvres, les chaînes de télévision versent 1 à 5% de leur chiffre d'affaires à plusieurs sociétés de gestion collective (la Sacem, la SACD, la Scam, la SDRM ou encore l'ADAGP).

Or, depuis le début de l'année, le groupe Canal + en quête d'économies n'honore plus certains contrats espérant ainsi forcer les représentants des artistes à renégocier à la baisse le montant des versement. Ironie de l'histoire : les auteurs, compositeurs et les éditeurs, comme Universal Music (propriété de Vivendi) sont directement touchés par cette guerre. Contactés à ce sujet, aucun des protagonistes n'a souhaité faire de commentaires.

Un chantier à risque pour la nouvelle ministre de la Culture

"Cette façon de faire est inacceptable. Je n'ai jamais vu cela dans le monde audiovisuel", explique un acteur du dossier sous couvert d'anonymat. La filiale de Vivendi (C8, CStar, CNews, Canal...), en difficulté sur le marché français, paie déjà bien moins les créateurs que par la passé puisque son chiffre d'affaires ne cesse de décliner et avec lui, le montant des reversements.

Mais en plus, le responsable des achats de Canal + et proche de l'industriel Vincent Bolloré, Michel Sibony, a pour mission de réduire de 20% les dépenses et compte bien forcer les sociétés de gestion collective à revoir leurs prétentions. "Avec lui, la rémunération des artistes est considérée comme un poste de coût au même titre que les achats informatiques ou de papier", souligne un acteur des négociations.

Si les tensions ne s'apaisent pas dans les prochains mois, il n'est pas exclu que la ministre de la Culture soit saisie du sujet afin de trouver une sortie de crise. Françoise Nyssen a été nommée à la rue de Valois le 17 mai dernier et son agenda semble déjà bien chargé.

Source : L'Express - Emmanuel Paquette
directeur de production direction de production directrice de production producteur cinema television productrice tournage plateau comedien directrice afdas opca formation anglais espagnol audiovisuel comment se vendre transmedia coaching crowdfunding financement participatif dirprod marketing viral produire un documentaire www.dirprodformations.fr